GO EXPLORE : Kyrgyzstan

GO explore, la web série freeski et voyage d’Aurélien Ducroz double champion du monde de freeride.


Fini les podiums et bienvenu aux voyages en tout genre. Aurélien de nature aventurière par à la découverte de spot que l’on associe pas forcément au ski. La Corse, le Kirghizstan, Roumanie Iran Ou Turquie sont au programme. Que ça soit sur les skis ou sur son bateau, Aurélien aime découvrir, de nouvelles pentes mais également des cultures bien différentes.


Souvent accompagné de son acolyte Eric Gachet, toujours l’index sur la gâchette de sa caméra, les deux compères n’en sont pas à leurs coup d’essai ! Ils se connaissent et savent bosser ensemble, mais surtout le plus important, s’amuser ensemble et ça se voit.


Cette année notre « pote » le covid décide de se joindre à la fête et réduit les possibilités de voyage. En février le Kirghizstan ouvre ses frontières aux heureux détenteurs d’un test PCR négatif. Ni une ni deux, notre Tribe s’en va, le cœur léger et les narines légèrement irritées



Romain Grojean - Go Explore
Romain Grojean - ©Eric Gachet

Accompagné de Romain Grosjean, notre Tribe amène la fameuse pomme Movement sur les terres Kirghize. Après un long vol de 10h et 12h de voitures, ils rencontrent Stéphane Aubrée, un joyeux gai luron de Savoye qui connait la région comme sa poche étant donné qu’il y vient depuis 20ans !


Au programme ski dans paysage sauvage, nuit dans yourte et rires entre amis.

La monture de choix pour une tel aventure ? Aurélien le champion de freeride part avec les GO98 et les GO109, redoutable outil de freetouring relativement léger. Chose importante car au Kirghizstan il y a peu de remontée mécanique et les approches sont longues. Quant à Romain Grosjean, le jeune skieur Backcountry qui aime s’envoyer en l’air emporte une paire de FLYTWO105. Le parfait compromis pour un skieur voulant exprimer toute sa créativité sur terrains divers et variés.


Aurélien Ducroz teaches skiing to young Kyrgyz
Aurélien Ducroz and a young kyrgyz girl - ©Eric Gachet

Nos riders témoignent de l’immensité de ce pays et de l’accueil chaleureux de ses habitants. Un énorme pays plein de potentiel étant donné que 70% de sa superficie se trouve à plus de 2000m d’altitude.

La fine équipe dormira chez Slava, un Kirghize qui les connait via les réseaux. En tant que fan et freerider endurci, il rejoindra notre Tribe toute la semaine, physiquement ça ne pose pas trop de problème étant donné que Slava est porteur au Lenin peak, sommet de 7130m qu’il a déjà skié plus de 10 fois. Y a pas a dire, les Kirghizes sont des solides !

Sur place les conditions ne sont pas des plus facile à juger. Des couches de neiges sans beaucoup de cohésion et des ruptures sur des profondeurs importantes se font observées par notre équipe. Eric, guide de profession nous dit que là-bas, il faut skier avec une bonne marge de sécurité, il n’y a pas de secours et on est livré à soi-même face à la montagne. Engagement total, chose à savoir quand le centre de soin « fiable » le plus proche se trouve à Doubaï, 7h en avion. Ces conditions peu favorables amènent notre équipe en fin de séjour à ranger les skis et se plonger dans la culture locale. Ils découvrent la chasse à l’aigle des nomades, la vie des habitants et les différentes spécialités culinaires du pays. Souligné par Romain Grosjean, pour un tel voyage, il ne faut pas partir en voyage avec des énormes attentes question ski, mais plus pour y vivre une expérience et découvrir des choses qu’on ne connait pas. Pour lui le highlight fût quand un nomade a déposé l’aigle permettant de nourri sa famille sur son bras.

Une chose est sûr, notre Tribe repart du Kirghizstan avec des souvenirs plein la tête et conscient de la chance qu’ils ont.


Aurélien Ducroz - Go Explore - Kyrgyzstan
Aurélien Ducroz - ©Eric Gachet

Une peu d’historique :

En 1936 Le Kirghizstan se fait intégrer dans L’URSS, les reste du régime soviétique sont encore bien présent dans le pays entre statue de Staline et signalisation des routes en Russe.

En construisant des domaines skiables, Les soviétique sont les pionniers de l’exploitation alpine du pays dans les années 70. D’ailleurs, le domaine de Karakoln fût le lieu d’entrainement de l’équipe soviétique pour les jeux olympiques. Outre les infrastructure de ski, rien a été développé, pas de magasin ni d’hôtels. Une ambiance un peu trop froide, qui n’a pas permis au tourisme de se développer. Le Kirghizstan reste un territoire oublié de l’économie mondiale, mais le développement du tourisme hivernal est une opportunité intéressante voir primordiale pour le pays de développé son économie en attirant des investissements étrangers.


Comptant actuellement 12 stations de skis, le pays est loin d’exploiter le potentiel de ses 158 chaines de montagnes qui recouvrent 94% du pays.

Pour les skieurs expérimenté, le pays représente un potentiel énorme, les plus aventurier d’entre eux ont la possibilité de faire de nombreuses premières, que ce soit des sommets, des pentes ou des couloirs, tout reste à découvrir.